Trouver un emploi

Travailler en Suisse sans diplôme, c'est possible

Pour décrocher un travail en Suisse, faut-il nécessairement posséder un diplôme d’enseignement supérieur ? Pas forcément ! De nombreux secteurs recrutent sans formation diplômante préalable. De plus, même sans diplôme, il est possible d'accéder à un bon salaire, souvent plus élevé que dans les pays voisins.

Ces dernières décennies, le marché du travail suisse s’est métamorphosé et devient très prisé au niveau international. L’économie suisse résiste bien mieux que celle d'autres pays voisins, l'inflation est faible et le taux de chômage est l'un des plus bas d’Europe.

Travailler en Suisse sans diplôme : le secteur bancaire

Le secteur bancaire suisse est l’un des plus importants au monde. Contrairement à une idée reçue, il est possible d’y entrer sans posséder de diplômes. Le milieu bancaire propose un vaste répertoire de métiers aux qualifications différentes, notamment dans la vente.

Dans ce secteur, une grande partie des recruteurs s’intéressent aux compétences interpersonnelles des candidats. Une première expérience dans la relation client et dans le commerce, même sans diplôme, peut ainsi vous ouvrir des portes. Côté salaire, il s’agit du secteur le plus avantageux du pays. Toutes professions confondues sans formation supérieure, il s’élève à 78 000 CHF par an.

Autre secteur voisin de la banque : celui de l’assurance. Là encore, ce sont les compétences en termes de contact client et de persuasion qui peuvent faire la différence. Ainsi, il est possible d’entrer dans un cabinet d’assurance sans diplôme préalable, pour ensuite grandir les échelons, et profiter d'un salaire très confortable.

Travailler sans qualification dans la grande distribution

Le secteur de la grande distribution est l’un de ceux qui recrutent le plus sans diplômes, en Suisse comme ailleurs. Mais du fait de la solidité de l’économie suisse, il est plus facile d’y obtenir un salaire confortable. À titre d’exemple, le salaire moyen d’un caissier en Suisse s’élève à 51 000 CHF annuel, 13ème mois et bonus inclus. Le plus gros employeur de ce secteur est l'entreprise Migros, dont les conditions de travail et l’ambiance sont souvent plébiscités par ses employés.

Le secteur présente de bonnes perspectives de croissance : il possède donc de nombreuses autres entreprises qui recrutent . Après Migros, Coop Genève, Manor, Payot Naville Distribution et l’allemand Lidl sont parmi les premiers employeurs.

Les postes accessibles sans diplôme dans la grande distribution ne se limitent pas à ceux d’hôtes de caisse. Il est aussi possible d’accéder au métier d’employé de rayon ou de vendeur spécialisé. Dans tous les cas, les métiers de la grande distribution nécessitent d’avoir un bon sens du contact et d’aimer le travail d’équipe. Le rythme intense et les horaires décalés peuvent néanmoins en faire des métiers difficiles, en particulier pour la vie de famille.

Des besoins importants dans la restauration et l’hôtellerie

Comme la grande distribution, les secteurs de la restauration et de l’hôtellerie sont de ceux qui offrent le plus de perspectives aux travailleurs non qualifiés. Cuisinier, chef de partie, serveur, valet de chambre, réceptionniste : la liste des emplois accessibles sans diplôme est longue.

Les besoins sont très importants en Suisse, où ces professions figurent parmi le top 10 des plus recherchées dans le pays. Il vous est même possible d’ouvrir votre propre établissement sans posséder de diplôme spécifique.

Plombier-chauffagiste, un métier rémunérateur

Il n’est pas nécessaire d’avoir un diplôme d’études secondaires pour devenir plombier, même si une formation technique est requise. Ce métier présente de belles perspectives d’avenir, car les recrutements sont constants. Les besoins sont toujours à la hausse, qu’il s’agisse de travailler au sein d’une entreprise ou en indépendant, en ouvrant sa propre entreprise. Le salaire annuel moyen de cette profession est de 65 000 CHF, bien au-dessus de la moyenne européenne.

La construction, un secteur qui recrute

De manière générale, le monde du bâtiment est un secteur qui recrute beaucoup et ce, sans diplôme d’études secondaires. Il existe de nombreux métiers au sein de ce secteur, le plus accessible étant celui de manœuvre. Cet ouvrier polyvalent a pour mission d’effectuer des travaux de manutention (charger et décharger), de rangement et de nettoyage. Amené à intervenir à différentes étapes de la construction, le manœuvre peut acquérir des compétences pour ensuite gravir les échelons et pourquoi pas, devenir ouvrier qualifié.

La plupart des métiers de la construction, qu’il s’agisse de maçon, charpentier, carreleur, plaquiste, peintre ou encore électricien, sont accessibles via des formations courtes en alternance qui peuvent s’acquérir en cours de carrière. Attention, les conditions de travail sont difficiles, souvent éprouvantes physiquement et requièrent de nombreux déplacements. Ces métiers demandent donc une solide détermination.

Un secteur ouvert aux étrangers

Le secteur du bâtiment recrute de la main d'œuvre de toutes nationalités. Si les Suisses y représentent l’essentiel des travailleurs, de nombreux Portugais, Italiens, Européens de pays slaves et d’autres nationalités européennes exercent dans le bâtiment. À noter que s’il n’existe pas de salaire minimum généralisé en Suisse, comme dans certains pays, le secteur de la construction bénéficie d’une convention collective de travail qui définit des salaires minimaux pour chaque métier.

Faire de son véhicule son outil de travail : être chauffeur professionnel

L’essor des applications mobiles mettant en relation chauffeurs particuliers et clients a révolutionné le monde des transports et des taxis. La plus emblématique de ces applications est celle de la compagnie américaine Uber, implantée un peu partout dans le monde. Que vous souhaitiez travailler en indépendant ou rejoindre une compagnie de taxis, sachez que le métier de conducteur est accessible sans diplôme.

Pour exercer en Suisse, il faut tout d’abord être détenteur d’un permis de conduire professionnel B121, qui diffère du permis de conduire classique. Il peut se passer dans la plupart des auto-écoles. Ensuite, vous devez passer un examen de chauffeur de taxi ou de VTC (pour un coût de 300 CHF) afin d’obtenir votre carte de taxi ou VTC. Enfin, il ne vous reste plus qu’à vous inscrire comme chauffeur de VTC ou sur la liste d’attente des chauffeurs de taxis pour débuter.

Les métiers de chauffeurs de camion, de poids lourd et de transport d’équipement lourd peuvent aussi vous offrir des opportunités. Tout comme pour le métier de chauffeur de taxi et de VTC, il vous faut passer un permis de conduire spécifique, de catégories B, C, ou CE (camion avec remorque). Ensuite, une simple formation pratique et théorique vous permet d’accéder à ce métier.

Avec une première expérience ou une formation technique

Vous l’aurez compris, il existe en Suisse de nombreux métiers accessibles sans diplôme secondaire ou supérieur. Peuvent s’ajouter à la liste des métiers évoqués ci-dessus celui d’agent de sécurité, d’agent d’accueil, d’aide-soignant, de livreur à domicile, d’agent d’entretien ou encore d’assistant personnel et de secrétaire. Du fait d’une première expérience ou d’une formation technique, il est possible d’accéder à ces métiers sans pour autant avoir de diplôme.

Quelques conseils pour postuler en Suisse sans diplôme

Si vous cherchez un emploi en Suisse sans avoir de diplôme, que vous soyez Suisse ou frontalier, il est important de bien connaître le secteur que vous visez avant de postuler. Ne foncez pas tête baissée en envoyant votre CV de partout ! Tâchez dans un premier temps d’identifier les principales entreprises du secteur et leurs responsables. Documentez-vous également sur les habitudes de travail dans ce domaine et les compétences interpersonnelles qui peuvent vous être nécessaires.

Mettez vos qualités personnelles en avant

Adaptez votre CV et votre lettre de motivation à l’entreprise visée. Par exemple, si vous souhaitez intégrer le secteur de la grande distribution, mettez en avant votre appétence pour le contact humain et une quelconque expérience en la matière. En revanche, si vous souhaitez exercer en tant que chauffeur de taxi, votre autonomie sera l’atout en mettre en avant sur votre CV.

Valorisez également les compétences qui peuvent vous distinguer des autres candidats, comme la maitrise d’une langue étrangère. La Suisse compte quatre langues officielles : l’allemand, le français, l’italien et le romanche (minoritaire). Maitriser plusieurs de ces langues est évidemment un atout. Une maîtrise de l’anglais professionnel est également un plus, en particulier dans les secteurs de la restauration et de l’hôtellerie.

Pensez à l’intérim

Si vous n’avez pas un secteur de prédilection en tête, se tourner vers des agences de travail intérimaire peut être une bonne solution. Ces agences proposent des missions à durée déterminée dans différents types d’entreprises. Le secteur de l’intérim a fait un bond ces dernières années en Suisse, car il offre une flexibilité appréciable en temps de crise. Les employeurs se tournent vers ces agences lorsqu’elles ont un besoin ponctuel ou imprévu, souvent pour des postes adaptés à des profils non qualifiés.

En lien avec ce sujet

Afficher plus 

Les atouts du travail temporaire

Contrairement aux clichés, le travail temporaire pourrait bien être une voie professionnelle à part entière... Prêt à vous laisser séduire ?

Qu'est-ce que le télétravail et comment s'y épanouir ?

Le marché de l’emploi évolue, et de nombreux salariés sont invités à faire du télétravail. Voici quelques conseils pour apprivoiser ce mode de travail.